Zone 68 - Image

Nuit et braillards, plus de brouillard.

Tout est clair, tout s'éclaire.

Au 4e top, il sera trop tard.

Éteindre la lumière.

Avant...

Un dernier regard, juste encore une fois ...

Avant la submersion.

Avant la soumission.

L'ordre nouveau.

J'embraye. Je déconnecte.

Je prends la tangente.

À tombeaux profanés ouverts ...

Highway to nowhere ...

Je descends.

Le week-end à Rome attendra mon pauvre amour ...

Ce soir, je m'exile en ton intérieur ...

Je laisse les braillards à leurs piteux slogans, à leurs drapeaux mités, à leurs indignes comptabilités de banquiers travestis en révoltés impotents.

Je suis depuis toujours du côté de la Nuit, enfant de ceux que le brouillard a laissé en vie.

Et si demain, la lumière renvoie une nouvelle fois l'ordre nouveau dans les cordes de l'histoire, la Nuit n'oubliera pas les braillards.

Comme une dette insoumise que ces idiots utiles de la Haine payeront sans doute dans les urnes .

Sans solde de tout compte pour autant, la Nuit a de la mémoire, elle.

(Écrit dans l'urgence, hanté par les riffs de "Death Song", sublime nouvel opus des Black Angels)

See You Later !!!

D.