Zone 68 - Image

Il y a des week-ends comme ça, où entre Leiv et Marcel, tu as envie de rester au chaud la tête sur les fesses de France et les doigts dans les cheveux de Ine ...

Où tu voudrais que le souffle du nouvel opus de H-Burns soit l'unique son qui pénètre tes oreilles et où tes seuls efforts consisteraient à appuyer sur la machine pour que coule le café, à lever le coude pour remplir ton verre et à béatement sourire ...

Il y a des week-ends comme ça ...

Mais lorsque la conjuration quotidienne des imbéciles vire deux jours durant en un tonitruant et massif pilonnage option "plus beau que moi tu meurs", tu rêves d'un "Stop l'enfumage" comme le sticker "Stop pub" que l'on colle sur la boîte aux lettres.

Pour "Stop l'enfumage" ou "Bloc la déconne", à voir pour le nom de baptême, on prend toutes les options.

Stop Fillon ...

Tu nous gaves, tu dégages ...

De quoi veux-tu encore t'excuser ? De pas avoir salarié ton chien ? De pas avoir été assez malin dans tes combines ?

D'avoir été découvert alors que tout ça, ça devait rester entre toi et toi, ne pas sortir des vingt pièces de ton manoir ?

Désolé ...

Stop Hamon ...

La synthèse, c'est pas toi. Le bilan de Hollande, c'est un peu toi, mais tu n'assumes pas. Même l'extraordinaire panade de ce quinquennat, c'est aussi un peu toi, mais ça non plus tu ne l'as jamais assumé.

Et puis, si la gauche (???) a un avenir ... Ce sera sans toi ...

En tous cas sans moi ...

Je suis pas trop client de tes compromis hystériques, de tes clientélismes historiques, de tes références philosopHIC, et pas du tout (même si tu n'y peux pas grand chose) de la joie fétide qu'a suscitée ta victoire à la primaire dans les égouts de la fachosphère ...

Putain de synthèse !

Désolé ...

Stop Macron ...

Tu es jeune, nous rabâche-t-on, sympathique, apparemment, avec tes airs de 1er de la classe ...

Tu es ni-ni ou et-et, comme une fashion victime en mode soldes avec marques apparentes ...

Tes meetings, entre show télévangéliste et spectacle de fin d'année d'un atelier théâtre, sont ponctués de fautes de goût ... Comme brandir à l'unisson Philippe Séguin et Paul Ricoeur, ça jure, c'est pas très ton sur ton.

Ta révolution !!!), elle sent la naphtaline, et puis, je ne marche pas ...

Je flâne, quand je veux et avec qui je veux, mais pas avec toi !

Désolé ...

Stop Mélenchon ...

J'avoue, tu es le seul à avoir l'étoffe de la fonction.

Tu as le verbe, les mots.

Tu es le dernier des Mohicans.

Le type qui nous refile des frissons, des envies de grand soir.

Enfin !

Le grand soir ...

Et des lendemains qui chantent ...

Et, comment dire ?

J'ai comme un gros doute. Tes lendemains ont de drôles de gueules ...

Alors j'en veux pas de ces gueules de bois, un peu castristes, un peu tristes, un peu égocentristes, un peu ...

Je m'arrête là, c'est mieux.

Désolé ...

Stop la Haine ...

Le Brun marine ...

DeStop.

...................

Il y a des week-ends comme ça ...

Alors, pour celui qui s'annonce, taisez-vous ou faites-vous très discret ...

Le pavé, je l'ai retrouvé.

See You Later !!!

D.