Zone 68 - Image

On frissonne.

Un verre de rouge sur le coin de la table, une Camel (orange ! ) qui vire de doigts en bouche et la voix de Cohen qui chiale sublime ...

Je frissonne.

Un autre soir je boirais Cohen avec toi.

Le haïm ...

A la vie, à l'amour, à la mort ...

La vie à mort contre l'amour amorphe.

Retour à Léonard.

C'est son heure.

Un nouvel opus au spectral intitulé, tendance Johnny "Noir c'est noir" H. , option kaddish pour tout le monde ...

C'est sa tournée générale que l'on fête et salue d'emblée, et à l'unisson, dans toutes les gazettes, comme terminale.

Et pourtant ...

Si le beautiful loser de Montréal célèbre la noirceur, ou plutôt les ténèbres, s'il les demande, aujourd'hui, encore plus sombres, c'est qu'il n'en peut plus des oppressantes lumières de ce monde qui va (mal) et plus encore de celui qui vient.

Alors le "mensch" du talmud rock sans filtre et sans limite invoque le "noir ", l'extinction des feux, pour poursuivre sa route, pour continuer à danser jusqu'au bout de l'amour, et pas sur des cadavres ...

Un dernier bal, une dernière valse ... 

Et puis ...

Laisser, au loin, les rumeurs de ce nouveau monde déjà vieux, aux relents insanes de matraques, de flics cagoulés séditieux, de jeunesse sénile, de molotovs débiles, de religieux mortifères, de penseurs fachomaniaques ...

... De politiciens incontinents, d'inculture pétomaniaque, de tueurs à la queue basse, de médias à la ramasse, du fric frac, des biceps mous du bulbe ... Voire plus, beaucoup plus, si affinités ...

Et puis.

Alors ...

Viens.

On s'en va. 

N'oublie pas d'éteindre la lumière ...

See you later !!!

D.