Zone 68- Image mimiPlus de dix jours après le premier article de Zone 68 (Chronique de la misère ordinaire ...) où nous évoquions l'absurde et intenable situation de Mimi, privée de chauffage depuis près de quatre mois, cette quinquagénaire du quartier Drouot caille toujours !

Il semblerait donc qu'à Mulhouse, désormais, l'indifférence tienne lieu de politique et que la misère soit définitivement ordinaire.

Ce qui laisse plutôt mal augurer de la sincérité de cette fameuse "concertation citoyenne" qui vient d'être lancée par la municipalité.

D'autant qu'après avoir bénéficié d'un silence assourdissant, la scandaleuse situation de Mimi est désormais connue, et reconnue ...

Et toujours pas résolue !

Evidemment, et sans surprise, le quotidien mulhousien bicéphale n'a pas cru bon de relayer l'information ...

Les Muhousiens (et leurs voisins) ont pris la bonne habitude de consulter d'autres sources pour savoir ce qu'il se passe près de chez eux ...

Les lecteurs de Zone 68 sont forcément révoltés par l'immobilisme (le mépris !) du bailleur social.

Et nombreux aussi sont leurs témoignages pointant des faits de même nature, ou autres , du même bailleur (Mulhouse-Habitat !) et de sa pareille "légéreté", qui ne se déroulent pas forcément au Drouot.

Ainsi, il semblerait que du côté de Didenheim, ce ne soit pas triste non plus !

Les lecteurs de Zone 68 se sont même emparés de l'affaire de Mimi, certains allant jusqu'à contacter le président de Mulhouse-Habitat, Philippe Trimaille, adjoint au maire de Mulhouse et en lice pour les futures élections départementales dans le canton de Mulhouse 2, en binome avec Fatima Jenn, adjointe au maire de Mulhouse et membre du Conseil d'adminisration de Mulhouse-Habitat.

Et celui-ci répondait, ce mardi 10 février : 

"Concernant l'article de Zone 68 que vous mentionnez, je peux vous préciser qu'il apporte une information trop partielle de la réalité, laquelle est plus complexe que ce qui en est narré. Je ne peux pas trahir la discrétion requise à l'égard de la personne concernée, mais je peux vous assurer que j'ai mobilisé les différents services compétents en vue d'un réglement de ce problème. J'ai aussi tiré les leçons de ce que j'ai pu constater à cette occasion, en proposant une organisation qui fera que les services des différentes institutions communiquent mieux entre eux et que l'usager soit mis au coeur de cette démarche. Cela permettra une meilleure efficacité et une meilleure réactivité, de sorte que de tels cas puissent être identifiés plus rapidement et traité bien plus en amont".

Nous ne saurions trop recommander à Philippe Trimaille de consulter quotidiennement Zone 68.

Car si le 2 février nous nous sommes contentés de révéler la situation de Mimi, sans entrer dans le détail, c'est parce que nous estimions que cette affaire pouvait (devait) trouver une conclusion rapide.

Erreur de jugement et deuxième article, le 6 février, (Chronique du Mépris (de la misère ordinaire) ...), où l'on précisait : "... Mimi est une personne fragile et dépassée parfois par certaines situations".

Dans cette histoire, on a plutôt l'impression que c'est le bailleur social qui est totalement dépassé par la situation.

Pour l'heure, Mimi n'a toujours ni eau chaude, ni chauffage ...

4 mois que ça dure ... 

Ordinaire quoi !

See You Later !!!

D.